Ma photo
Québec, Canada
En année d'étude en Maîtrise de Journalisme International à l'Université Laval. Et après...

Derniers commentaires

mardi 27 novembre 2007

Opus Dei 2

Ça n'a pas loupé, débriefing de l'émission de Planète : si un type de l'Opus Dei est content, c'est que mon reportage les flatte... Qu'un type au bistro me dise ça, mais des futurs journalistes... C'est écoeurant. Au sens français du terme.

Quoi, il ne devrait y avoir que des reportages bidons et sensationnalistes comme celui du Nouvel Obs? J'ai vérifié leurs chiffres : déformés. Leurs propos : partiaux. Leurs grandes vérités : des généralités truquées. On n'accuse pas un mouvement gigantesque de "suinter la haine de l'Islam" sous prétexte que quelques églises parmi des centaines, sont racistes. Je suis convaincu qu'il y a plus de prêtres pédophiles que d'églises évangéliques qui ont des dérives sectaires. Mais nos petits curés les couilles à l'air ne font plus fantasmer les médias alors que les complots, c'est tout de suite Dallas! Et à quoi ça rime de coller l'étiquette "société secrète" sur un mouvement ouvertement reconnu par l'Église, pire : qui est dans sa droite ligne et dont les membres ne se cachent pas. Il n'y a rien de secret la-dedans! Alors oui, il y a des dérives, des magouilles. Dans l'Église traditionnelle aussi. Oui, il y a des gens dans l'ombre. Dans l'Église traditionnelle aussi... Ah ? J'ai manqué d'objectivité ? J'aurais dû tous les montrer ? En 5mn30 ???

J'ai rencontré quatre personnes pour l'Opus Dei. Les quatre ont accepté de me parler sans aucune condition, sans filtre sans même que l'on me dise "il vaut mieux parler à untel ou Machin saura te répondre mieux que Trucmuche". Il est beau le culte du secret! Alors oui, je n'ai choisi qu'un interlocuteur et ce n'était pas une victime ou un contadicteur. J'en avais bien déniché un, de véritable pourfendeur des sectes. Un abbé, une vraie personnalité qui s'était attaqué au mouvement. Mais à plus de 80 ans, le vieil homme était agonisant et incapable de faire une interview (sûrement un empoisonnement de l'OEuvre). Alors par lâcheté professionnelle, j'ai juste dit ce que je voyais.
Pour les évangéliques, j'ai encore pêché... J'ai pris les premiers qui passaient. Les plus proches sur Google Map. Et manque de bol, ce n'était pas des intégristes prêchant le couteau aux dents. Eux ont été sympas au moins, comparé à l'Opus Dei, ils m'ont indiqué des évangéliques plus anti-si ou anti-ça, comme dans les images d'Épinal. Mais ces derniers étaient plus durs à trouver parce que moins nombreux alors j'ai laissé tomber en me disant que ce n'était pas grave, que ce n'était pas la majorité. Grossière erreur! J'aurais dû n'aller voir qu'eux! Les modérés c'était sûrement un leurre et je suis tombé dans le panneau!
Restait le prof: Athée et n'a pas sa langue dans sa poche, disait le papier. Je me réjouissais: il va les défoncer. Que nenni! Non seulement il est très modéré, mais en plus il a réponse à tout avec une quantité d'arguments pour étayer ses propos.

À propos de ce prof, j'avais trouvé curieux un article où il expliquait se faire souvent engueuler par les journalistes parce qu'il ne disait pas ce que le journaliste pensait. Maintenant, j'ai compris. Des journalistes obtus (pour rester correct) et convaincu de détenir la vérité, il y en a. J'étais parti bille en tête trouver des sectes sur ce reportage. J'ai trouvé deux courants religieux. Alors j'ai vérifié et mes recherches m'ont montré que ces deux courants étaient un bon reflet de la réalité. En aucun cas, je n'ai nié les dérives. J'ai même fait mieux : ce sont mes interviewés qui m'en parlent ! Un comble ! Après ça, j'aurais dû décrire autre chose que ce que j'ai vu ? Non, je ne crois que ce que je vois, à la Saint Thomas, et je ne vais sûrement pas commencer à inventer mes reportages sous prétexte que je n'ai pas vu les mirages qui miroitent sous nos yeux. Surtout pas alors que je débute dans ce métier.

Un jour j'ai lu un article de Capital sur les propriétaires d'une grande boîte de luxe française. Il y était dit que le Grand-père avait eu un coup de génie en allant faire fructifier ses affaires dans un pays d'Amérique latine, pendant la seconde guerre mondiale. Le journaliste saluait le trait de génie par un "chapeau l'artiste", légèrement vulgaire et parfaitement déplacé : l'artiste en question était juif, ses papiers confisqués et n'avait pas une multitude de destinations pour se réfugier avant de finir aux camps. Mais c'est moins capitaliste comme image...

J'aurais pu faire pareil : "l'Opus Dei investit l'Université : l'année dernière, un prof a été pris en flagrant délit de prosélytisme. Il a dit à ses élèves qu'il appartenait à l'Opus Dei". Ou encore : "les évangéliques rackettent les québécois : des hommes d'affaire en complet, attaché-case à la main étaient présent au culte dimanche". Comment ça, ce sont des gens en seuvrage (drogue, alcool, sexe etc.) à qui l'on apprend à se reprendre en main, à bien s'habiller? On ne me l'a fait pas à moi... En plus j'ai entendu dire que l'église était fréquentée par des drogués... Etc. Etc.

Et au passage, j'engage ceux qui pensent que j'ai été partial dans le traitement de ce reportage à m'apporter la preuve que l'Opus Dei au Canada est une secte et que les mouvements évangéliques noyautent la politique, autrement dit, à me prouver que les clichés ont bien la peau dure.

1 commentaire:

Pôpa a dit…

Ta conviction, tes "âme et conscience", ton honnêteté, ton éthique, ta déontologie, ta droiture, ta personnalité, le regard que tu portes sur toi tous les matins dans ta glace, sont bien plus importants que les critiques que tu peux entendre. Personne n'a le droit d'en douter.
Et quand bien même il y aurait un quelconque doute ou une quelconque erreur sur la véracité d'une quelconque information, tu SAIS que tu l'a transmise honnêtement. Seule cette honnêteté compte.
Be yourself, no matter what they say - Sting
Impose ta chance, sers ton bonheur, et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront. René Char
(Sers, ou serre, ton bonheur ??? Pas trouvé...)